News

Les étudiants trop stressés

Qui a dit que les étudiants se la coulent douce ? Les jeunes universitaires sont plus de 35 % à reconnaître souffrir de stress. C’est le résultat d’une enquête réalisée par les mutuelles étudiantes régionales. Menée sur plus de 20 000 jeunes inscrits en cycle supérieur, ce travail montre qu’ils ne sont pas épargnés par la pression des études. 30 % reconnaissent ainsi avoir connu une période de plus de 15 jours dans l’année de tristesse et de déprime. Ils sont également nombreux à reconnaître des moments de perte de confiance en eux, de dévalorisation. A noter, les disparités entre les sexes : les jeunes femmes ont plus de mal à gérer le stress, elles dorment moins bien ont moins d’appétit. Chiffre inquiétant : 9 % des étudiants avouent avoir eu des pensées suicidaires au cours des 12 derniers mois. Un étudiant sur 10 reconnaît d’ailleurs prendre des antidépresseurs ou des tranquillisants. Dans le même registre, 31 % des étudiants fument (dont la moitié de manière « importante ou excessive »). 71 % boivent de l’alcool, mais ils ne seraient « que » 10 % à avoir une consommation importante ou excessive. Enfin, 16 % fument du cannabis.
Pour aider les étudiants, les mutuelles à l’origine de l’enquête promettent de faire de la prévention auprès de leurs assurés. Mais des campagnes d’information au niveau de tous les étudiants et des actions de terrain seraient certainement nécessaires. Car la plupart des étudiants sont souvent seuls face à leurs difficultés durant tout le cycle supérieur.Source : Communiqué de l’Union Nationale des Sociétés étudiantes mutualistes régionales, juin 2005.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *